Sortie d’été en Camargue

camargue1.jpgDu 16 au 18 Août 2018, la Bourrée Montagnarde a été le cinquième élément qui manquait à la Camargue.

En effet, dans ces terres salées, imprégnées par les eaux de la Méditerranée et du delta du Rhône, balayées par les vents, et baignées de soleil, il ne manquait plus que la chaleur de la Bourrée Montagnarde pour se mêler aux passions des camarguais.
Les 23 représentants de notre groupe ont découvert ce pays unique suivant plusieurs axes.
Tout d’abord, les moyens de transport. L’arrivée en bus jeudi matin fut ponctuelle (même légèrement en avance !) malgré les premiers départs très matinaux (5h30 à Entraygues) ; merci à notre chauffeur Jean-Yves pour sa gentillesse tout au long du séjour. Puis, une visite des Saintes-Maries-de-la-Mer à pied nous a fait découvrir le port, la croix de Camargue et l’église fortifiée. L’après-midi fut consacrée à une balade en bateau à la découverte du Petit-Rhône à bord du Tiki III. Puis, la plage : natation pour les plus courageux, ou clapotis dans les vagues avec un petit bateau, ou bien farniente sur le sable fin, ou à la table du bar de la plage pour d’autres. Le deuxième jour, certains ont choisi de découvrir les paysages environnants en petit train, d’autres ont préféré le faire sur le dos des célèbres chevaux camarguais.
Un autre axe de découverte fut les animaux emblématiques de Camargue. Nous avons déjà évoqué les chevaux (et les poneys pour Andréa et Jeanne), que nous avons aussi admirés lors d’un magnifique spectacle équestre. Certains ont par ailleurs pu observer les nombreux oiseaux de la réserve ornithologique, en particulier le fameux flamand rose. De tous petits animaux, mais très nombreux, nous ont laissé des souvenirs pendant ces promenades dans les marais : ah, les moustiques ! Enfin, nous ne pouvons pas oublier les vigoureux taureaux, qui sortent vainqueurs des courses camarguaises (sauf ceux qui ne sont pas aptes à la tauromachie, que l’on peut retrouver dans… son assiette).
Le dernier axe de découverte fut donc les produits locaux, en particulier la gastronomie. De longs et conviviaux moments dans les restaurants des Saintes-Maries nous ont fait découvrir la gardiane et le saucisson de taureau, mais aussi l’aïoli, les soupes de pécheurs, les tellines, les copieuses paella…, sans oublier la sangria, la bière à base de riz ou le rosé de Provence ! Nous avons d’ailleurs terminé notre séjour par le maison du riz, très instructif.
Un dernier repas samedi à Aigues-Mortes avant de reprendre la route dans le bus vers l’Aveyron, les jambes pleines de piqures, la tête pleine de belles images et le cœur plein de la chaleur du lieu et de notre groupe : « …super week-end. Et très heureuse d’avoir quelques souvenirs sur les jambes. »

camargue3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code